Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2009

La liberté relative

Quand le geôlier a tourné les clefs dans leurs serrures, il doit s'interroger sur sa propre liberté : suis-je resté du bon coté ? Au même moment, quand la grille s'est refermée derrière lui, le prisonnier espère avoir été poussé du bon coté.

Moi-même, ne suis-je pas enfermé par ma propre liberté ? Et d'ailleurs, liberté, quand j'écris ton nom, est-ce bien à toi que je pense ?

Écrit par Léon Brasil | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.