Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 décembre 2009

à chacun son big bang

Pour assouvir l'incorrigible curiosité des hommes, les astronomes et autres scientifiques écoutent les bruits du cosmos et observent ses échos lumineux pour y découvrir des informations sur les origines de cet univers. Plus on observe et plus on approche notre vision de cet instant que l'on dit être le début d'une expansion aujourd'hui bien décrite de notre univers : le big bang.

Mais pourquoi rechercher à voir et à comprendre ce big bang ? Pour découvrir ce qu'il y avait avant cet instant fabuleux qui constitue aujourd'hui la limite de nos connaissances et de notre capacité d'imagination.

Tel un astronome, on peut aussi, chacun pour soi, essayer de remonter dans le temps en fouillant et interrogeant notre propre mémoire : En retrouvant aussi loin que possible notre plus ancien souvenir, on approche notre propre big bang, cet instant où a débuté le développement de notre conscience.

On trouvera facilement des témoins pour nous raconter ce que l'on faisait avant, des biologistes pour décrire la fusion du spermatozoïde et de l'ovule, la division cellulaire, des documents pour nous montrer comment on était avant, des photos, des films, ... Mais de quoi parlent-ils ? D'un être vivant comme il y en a eu sur terre autant qu'il y a d'étoiles dans le cosmos.

Ce qui nous intéresse dans cet examen de notre mémoire c'est la question sur l'origine de notre conscience : qui étais-je avant d'avoir conscience d'être ce que suis, avant cet instant fabuleux qui constitue aujourd'hui la limite de ma mémoire et de ma capacité à me comprendre ?

Écrit par Léon Brasil | Lien permanent | Commentaires (0)